lundi 24 janvier 2011

Le Langage et l'éthique de la parole

Cours

 

Introduction

Si l’élément symbolique en général constitue le socle de la culture, le langage est la condition de toute vie humaine et sociale.

Il y a une grande différence entre le langage humain et le langage animal. Le cri des animaux exprime un affect, une émotion, parfois il annonce un comportement ou répond à celui d'un congénère. Il y a donc communication. Pourtant ce langage n'est pas articulé en phrases, il n'est donc pas intelligent au sens où il n'exprime pas la pensée logique. D'autre part les animaux communiquent à l'aide de signaux ayant une signification précise et limitée (sinon unique). Tandis que le langage humain, intentionnel, conscient, souvent imprévisible ouvre des usages et des significations multiples, voire infinis.

L’apparition de la faculté linguistique est un phénomène long, lié à l’évolution de la boite crânienne et aux techniques de fabrication d’outils de l'Homo habilis (plus de 2 millions d'années) jusqu’à l’Homo sapiens beaucoup plus récent : "outils pour la main et langage pour la face sont deux pôles d’un même dispositif" affirme Leroi-Gourhan.

En réalité nous avons trois notions bien distinctes et trois séries de problèmes.

1° D’abord la langue : la langue représente un système particulier de mots, un ensemble fixé dans une société donnée (ainsi parle-t-on de la langue française ou anglaise), un pur produit de l'histoire sociale et culturelle. La langue est définie généralement comme un système de signes.

Le langage lui-même se définit comme la principale faculté humaine de communication. Elle est universelle, tous les hommes la possèdent malgré les handicaps ou les pathologies possibles. Le problème est celui de la finalité de cette fonction : d'abord expression de soi, ou d'abord communication avec l'autre ?

La parole désigne l’acte individuel par lequel s’exerce concrètement la fonction du langage, et ceci grâce aux organes de la phonation (glotte, pharynx, etc.). Comme tout acte, cet acte de parole suppose un sujet. Et comme tout acte encore, il peut changer la réalité : la parole n'est pas sans conséquences ! La parole représente un pouvoir, un moyen pour le sujet d'influencer autrui et de transformer le monde ; c’est aussi et avant tout l’occasion de signifier son propre désir. C'est pourquoi il sera intéressant de poser le problème d'une éthique de la parole. Peut-on tout dire ? Quand faut-il prendre la parole ? Qu'est-ce qu'une parole vraie, authentique ? Qu'est-ce que bien se parler les uns les autres ?