jeudi 22 juillet 2010

Une Histoire philosophique du Sujet et de la Subjectivité

Introduction

a) DEUX TERMES. — Sujet et subjectivité : ces deux termes apparaissent étroitement imbriqués. Le plus ancien et le plus englobant est celui de “sujet” ; tandis que le second, “subjectivité”, semble limité au domaine de la psychologie et apparaît beaucoup plus tard dans le langage philosophique.
b) SUJET. — Originellement, le terme “sujet” vient du grec “hupokeimenon” (qui signifie littéralement “couché en dessous”), traduit en latin par “subjectum”, participe passé de “subjicere” (jeter dessous). Subjectum est tout simplement le substrat, le support, la chose dont on parle et à laquelle on attribue des qualités. C’est le sens originel, métaphysique, du terme.
c) SUBJECTIVITE. — La subjectivité semble n’avoir que peu de rapport avec ce premier terme de sujet. Ce n’est plus ce dont parle, l’objet de nos pensées, mais cette parole même ou cette pensée même, en tant que vécues à la première personne. La subjectivité est donc l’expérience que le sujet fait de lui-même.
d) CERCLE. — Sujet et subjectivité semblent ainsi s’opposer et se succéder alors qu’ils sont en fait indissociables. En effet la subjectivité est présente partout où l'on parle de sujet, et le sujet réside à son tour partout où il est question de subjectivité. Sous leurs multiples aspects et à de multiples époques, sujet et subjectivité se mêlent, se rencontrent, s’identifient ou s’opposent, se retournent… Il ne faut pas s’étonner si sujet et subjectivité semblent faire un cercle vicieux, une sorte de boucle qui n’en finit pas. Car le cercle est ce qui caractérise et même définit le mieux sujet et subjectivité (qui de ce point de vue sont identiques).
e) PLAN. - Historiquement, il faut rendre compte d’un renouveau dans l’emploi du mot “sujet”, avec un sens bien différent que seulement “substrat” ou même d'ailleurs “subjectivité”. A tel point que nous serons amenés à distinguer trois périodes et donc trois parties : 1) le sujet ancien, 2) la subjectivité moderne, 3) le "nouveau" sujet.

mardi 6 juillet 2010

Les dimensions subjectives du Temps

.

Introduction : le temps, un problème philosophique pour l'homme

a) Les dimensions du temps. — On appelle dimensions du temps le passé, le présent et l’avenir (ou le futur). Notons que ce terme de "dimension" confirme la nature essentiellement humaine du temps. En effet on ne peut pas dire “dimension du temps” comme on dit “dimension d’une boite” : la hauteur, la largeur, la profondeur sont bien celles de la boite, mais on ne peut pas parler du passé, du présent ou de l’avenir du temps. Cela ne s’applique pas au temps lui-même, mais à un sujet humain : c’est toujours le passé, le présent ou l’avenir d’un sujet.