jeudi 6 mai 2010

Fight Club, le film de David Fincher - Quelques questions

  • Avertissement - On ne trouvera pas ici une analyse poussée du film ni une interprétation philosophique très élaborée. Il s'agit, beaucoup plus modestement, de la mise en place d'un TD pour et avec des élèves de terminales technologiques, qui comprend au total : la projection du film, la rédaction d'un résumé conséquent assorti de quelques remarques, et une dizaine de questions pour réfléchir sur les notions de société et de violence, de liberté et de bonheur (entre autres)...
  • En revanche, pour une interprétation nietzschéenne du film, je conseille de lire l'article "Fight Club" de Raphaël Arteau-McNeil dans la revue PHARES, Volume 1 Hiver 2001.



dimanche 2 mai 2010

Etat et citoyenneté (cours)

L'Etat est l'instrument juridique et politique de l'ordre social, mais il se distingue lui-même du corps social. Il faut rappeler les distinctions suivantes : 1°la société civile : c’est-à-dire l’ensemble des hommes vivant dans une certaine société, sous des lois communes ; 2°la nation , qui est une notion plus politique ou historique que philosophique : c’est l’identité dans  laquelle se reconnaissent et se rassemblent des hommes se sentant un passé et un avenir commun, au milieu des autres nations ; 3°l’Etat  proprement dit : c’est une personne morale possédant des structures juridiques, représentant la nation elle-même et plus précisément l’ensemble des services généraux d’une nation (s’oppose alors au département, à la commune, etc.) ; 4°le gouvernement : un ensemble de personnes auxquelles la société civile a délégué directement ou indirectement le pouvoir de diriger l’Etat. Les gouvernements passent, tandis que l’Etat demeure (“le roi est mort, vive le roi !”).

Dans les sociétés dites « primitives », les règles émanent directement de la collectivité qui se charge de les faire respecter par l’intermédiaire de son « chef ». Le pouvoir politique n'est pas séparé de la société : les sociétés primitives sont des sociétés sans État. De nos jours, au contraire, les Etats sont détenteurs du Pouvoir politique, juridique et naturellement militaire ; ils se sont développés comme de véritables puissances autonomes. Bien que nécessaires, les Etats se trouvent aujourd’hui « attaqués » sur plusieurs fronts : celui de la société civile, notamment le « monde de l’entreprise » qui aimerait bien limiter les pouvoirs de l’Etat, celui de la vie associative qui aimerait bien réinventer la « politique », celui du Citoyen lui-même qui aimerait bien être « entendu » plus souvent, enfin celui des communautés supra-nationales ou multinationales qui relativise la souveraineté historique des Etat-nations. C’est pourquoi nous serons fondés à parler des « ambiguïtés » de l’Etat.

Nous étudierons d’abord les origines de l’Etat, notamment dans la notion de souveraineté. Puis nous verrons les fonctions de l’Etat : fonction sécuritaire, juridique, éducative. Enfin nous évoquerons son ambiguïté à travers ses perversions possibles, les critiques des philosophes, pour déboucher sur la question cruciale de la démocratie et de la citoyenneté future.